L'Est éclair du 26 février sur Bertrand

 

VdB, la tête et les jambes

 





 

Difficile avec pareil patronyme, Van den Broecke, de s'affirmer français de pure souche. En effet, l'arrière-grand-père de Bertrand qui était belge en vint un jour à franchir la frontière et, depuis trois générations, les Van den Broecke sont installés sur le sol français. Du reste, Bertrand est né à Troyes le 20 février 1984, c'est-à-dire qu'il vient juste de fêter ses 26 ans.
Après avoir pratiqué le judo pendant douze ans, un sport qu'il a dû abandonner pour cause de
blessure, Bertrand est venu tardivement au vélo. Car c'est en juillet 2005 qu'il livrait sa première course, une épreuve Ufolep où il se classait troisième. C'était parti.
Licencié l'an dernier à l'UV Aube, où il fut 2e catégorie en 2008 puis 3e l'an dernier, Bertrand s'accommodait difficilement des longs déplacements, ce qui l'incita à préférer la FSGT. Si le coureur a quitté le club du président Barsot, n'y voyez aucun différend entre les deux parties. Professeur des écoles nommé à Romilly, en toute logique, il faisait le choix du club local dont il appréciait d'emblée la bonne ambiance.
Depuis son arrivée au RS10, il a eu l'opportunité de faire quelques sorties avec un des ténors du

club, Christophe Zolli. L'entente entre les deux coureurs a été immédiate, ce qui nous autorise à penser qu'elle se concrétisera sur le terrain, surtout que le « Grand », Fabien Adam, sera lui aussi un autre argument de choix à prendre en compte.
On peut envisager que, sur chaque course, Bertrand sera de la partie. Car il présente cet avantage d'être passe-partout. Bon dans les bosses, rouleur au-dessus de la moyenne, il dispose, avantage suprême, d'une belle pointe de vitesse. Toutes ses victoires, l'an dernier, ont été remportées au sprint. Ses adversaires sont prévenus.
À la condition que Bertrand ne soit pas diminué par un problème survenu à la fin de la saison dernière quand une IRM diagnostiquait une hernie discale.
Faute d'une opération qu'on a désiré éviter, il se contente pour l'heure d'un corset et de quelques séances de kiné. Les remèdes ont fait leur office, ça va mieux et on espère qu'il pourra couvrir sa saison dans la plénitude de ses moyens.




Agrandir la photo

Bon rouleur, puncheur, grimpeur, Vand den Broecke devrait faire briller les couleurs du RS10 en 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :